Pollution briançonnaise 2

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Pollution briançonnaise 2

Relevé sur le journal.

 

La pollution ne consiste pas uniquement à empoisonner l'air qu'on respire, elle est aussi une des composantes de la dégradation environnementale.

 

Si, pour satisfaire une idéologie douteuse, il faut détruire l'environnement qui fait la qualité d'une région, autant cesser tout de suite de favoriser le secteur du tourisme porteur de finances importantes puisque c'est devenu une des clefs de l'économie locale.

 

Je ne vais pas refaire l'article, il suffit de le lire.

 

Une éolienne c'est du matériel fragile qui n'a une durée de vie que d'à peine quinze ans en toute sécurité.

 

Une éolienne ce sont des nuisances sonores et un grand danger pour les volatiles.

 

Une éolienne c'est l'emprise d'au moins 2000 m2 de terrain et plusieurs centaines de tonnes de béton enfouis dans le sol, d'un bloc. Quand on constate, sur les côtes françaises, l'impact qu'ont encore les blockhaus de la seconde guerre mondiale 75 ans après, on peut se poser la question de savoir ce que vont devenir ces innombrables énormes blocs de béton quand les éoliennes seront en fin de vie ou qu'on se sera rendu compte que ce n'est pas la solution.

 

La précipitation pour se débarrasser du nucléaire, qui reste la seule énergie propre et abondante pour des centaines d'années, engendre des erreurs qu'on va payer très cher dans les années à venir.

 

Bien entendu ce sont nos enfants qui paieront la note de nos conneries politiques actuelles mais ces mêmes politiques ne seront plus là pour subir les conséquences après avoir profité des subsides douteuses que leur auront rapporté ces colossales fautes volontaires. (Considérant qu'une erreur qui se répète devient une faute voulue)

 

Les politiques actuels se moquent bien de l'avenir de la planète et de l'avenir de nos enfants, seuls comptent leur avidité du lucre et leur mesquin égoïsme.

 

Pollution briançonnaise 2

Une autre forme de pollution.

 

Visuelle d'abord ce qui n'est pas le plus grave.

 

Le plus grave c'est l'intervention puisqu'il faut des produits chimiques puissants pour tenter de faire disparaitre ces "oeuvres" d'art de débiles profonds, produits chimiques qui se déversent dans les égouts, le centre de traitement n'est pas prévu pour ce genre de produit.

Pollution briançonnaise 2

Je dis débiles mais !!!!

 

Considérant qu'une partie non négligeable de la population a un niveau intellectuel assez moyen, parmi cette partie il y en a qui ont un niveau intellectuel plus que médiocre.

 

On ne refait pas le monde et il faut accepter ces tares de la société puisqu'il ont été créés mais on peut les discipliner pour peu que les autorités en aient. (De l'autorité)

 

Pas chez les exécutants (Police, gendarmerie) mais chez les responsables, Maires, Députés, Préfets, Ministres et certains généraux (Qui pour rien au monde ne sacrifieraient leur très bonne place bien payée, à défaut d'être efficaces) qui semblent n'avoir pas conscience que leur rôle ne s'arrête pas qu'à la parade et à la notoriété.

 

Les vrais responsables de ces actes d'incivilités, comme le disent ces responsables justement, ce sont ceux qui laissent faire et qui n'interviennent pas.

 

Laisser des "oeuvres d'art" de rue c'est provoquer la surenchère des "intellectuels" de la rue, la note est salée même si une bonne partie des impôts levés pour financer le service de dégraffitage est utilisée ailleurs mais il ne faut pas le dire puisque ce serait accuser les autorités municipales de vol, chacun appréciera la prose et l'interprétera comme bon lui semble.

 

Le racket d'Etat est aussi une forme de vol mais comme c'est du vol légal on ferme nos gueules et on dit merci à ceux qui nous mettent bien profond. (On dit aussi se faire enculer à sec, terme cru mais très utilisé)

 

Allez, retour à Briançon.

 

Pollution briançonnaise 2

Une pollution élevée.

 

Jugée insignifiante puisqu'à haute altitude, pourtant la consommation d'un avion de ligne est énorme, les gaz brulés sont en conséquence.

 

Et puis là, on va directement polluer au plus haut, pas besoin d'attendre que ça monte.

 

Pollution briançonnaise 2

Ce n'est pas récent.

 

Ces grandes trainées blanches dans le ciel de la totalité de la planète ont une origine, j'ai lu quelques commentaires à ce sujet, n'étant pas spécialiste je me garderai d'y ajouter le mien mais il est des faits troublants qui attirent l'attention.

 

Pollution briançonnaise 2

Cette différence.

 

Il apparait, à lire sur ce sujet, que certaines compagnies aériennes ne respecteraient pas les critères internationaux en matière de carburant, certaines revues font état d'additifs dans ces carburants pour économiser sur le prix d'achat, d'autres induisent que c'est une pollution volontaire réfléchie.

 

Bref, trop complexe pour moi qui n'a mis les pieds dans un avion qu'en 1956, un biplan aux ailes en toile, tenues par des câbles, sans cockpit, un avion rescapé de la première guerre mondiale.

 

Je n'ai jamais remis les pieds dans un aéronef.

 

Toutefois, il est flagrant que si certains avions ne laissent que peu de rejets dans la haute atmosphère par rapport à d'autres dont les traces sont visibles pendants des heures, c'est qu'il y a une raison qui n'a rien à voir avec l'altitude.

 

Si quelqu'un a la réponse, je suis preneur.

Pollution briançonnaise 2

Plus bas.

 

Sur le plancher des vaches, ou plutôt des voitures.

 

La démographie galopante engendre des besoins, ou des excès, incompatibles avec une qualité de vie pourtant recherchée.

 

La Chaussée, à Briançon, est certainement la rue la plus polluée de la ville à certaines heures, celles des mouvements scolaires.

 

L'acheminement particulier des enfants scolarisés à Carlhiant Rippert et aux Artaillauds génère de beaux embouteillages dignes du boulevard Saint Michel à Paris, ça dure moins longtemps il est vrai.

 

Au pire aller les ralentissements ne gènent que peu de temps, ce qui est bien plus problématique ce sont les véhicules eux-mêmes et les interruptions de trafic pour permettre aux enfants des autres écoles de traverser la rue en toute sécurité.

 

Peut-être même un peu trop, certains "volontaires" ont le sens de la logique et attendent qu'il y ait plusieurs enfants pour les faire traverser, ce afin d'éviter de trop arrêter les véhicules dans ce contexte particulier des redémarrages en côte.

 

D'autres interrompent la circulation, systématiquement à l'approche d'un enfant isolé même si ce dernier est encore loin du passage.

 

On peut effectivement admettre cet excès de prudence mais les nuisances générées par les redémarrages des véhicules subitement stoppés sont préjudiciables à ces mêmes enfants qui, étant plus petits, respirent généreusement les gaz d'échappement très chargés en particules cancérigènes à haute dose.

 

Ces jeunes poumons en plein développement sont bien plus sensibles aux polluants que ceux des adultes, surtout quand ces derniers ce les sont "blindés" par le tabagisme intensif.

 

Je suis très surpris que nos conseillères municipales écologistes ne se soient pas penchées plus sérieusement sur ce problème pourtant majeur, la responsabilité de ces dernières est engagée si jamais il venait à des parents d'élèves l'idée de faire passer un examen médical pulmonaire à leurs enfants qui toussent à cause de cette pollution et pour ce motif.

 

Bien entendu, les parents amenant leurs enfants au plus près de la classe ne vont pas trouver à redire sur cette pollution dont ils sont pourtant responsables.

 

En ce sens, un arrêté municipal réglementant la circulation dans la Chaussée, à ces heures fatidiques, serait la meilleure solution à condition que Mr le Maire s'exonère des conflits politiques qui amènent ces basiques dispositions à une bataille de partis pour ne pas les appliquer.

 

Des conseillers municipaux qui ne donnent pas de conseils ne servent à rien, même s'ils ont été élus pour ça.

Pollution briançonnaise 2

Une parmi tant d'autres.

 

Ce ne sont pas forcément les plus anciens véhicules qui polluent le plus, sous nos contrées accidentées le relief met les moteurs à rude épreuve. 

 

L'entretien, souvent onéreux, est lui aussi négligé, un moteur qui fume bleu brule de l'huile, la plus nocive des pollutions automobiles, à Briançon, les véhicules qui fument bleu sont en grande quantité, tous les jours sur la route de le constate en permanence.

 

On ne va pas demander à la municipalité de réglementer les révisions obligatoires, c'est du ressort de la prise de conscience des automobilistes et fait partie du civisme, on ne va pas non plus demander à la police de verbaliser les "contrevenants" (Bien qu'une loi en ce sens existe mais n'est jamais appliquée à Briançon, je n'ai souvenir d'aucun contrôle de pollution en cette ville d'autant que les premiers verbalisables seraient les véhicules des services techniques municipaux, largement générateurs de pollution automobile), non, mais réduire la circulation à des endroits stratégiques à certaines heures n'est pas du domaine de l'insurmontable.

 

Pollution briançonnaise 2

A peine redémarré il faut de nouveau s'arrêter.

 

Donc un nouveau redémarrage à prévoir sauf passer la journée à attendre des heures meilleures.

 

Tous les piétons bénéficient généreusement de ces nuages toxiques mais en plus, à l'intérieur des voitures, la pollution est bien plus importante, surtout en hiver quand les vitres sont remontées, le chauffage fonctionnant à plein régime pour accélérer l'introduction des gaz d'échappement dans ces habitacles clos.

 

Pour peu que les conducteurs fument la cigarette dans ces mêmes habitacles "gazés", les bambins bien attachés à l'arrière, c'est une fabrique de cancer des voies respiratoires d'une extraordinaire performance pour ces petits poumons en pleine croissance.

 

J'ai tort ??

 

Pollution briançonnaise 2
Pollution briançonnaise 2

Il y a aussi les pressés.

 

Ceux qui "déchargent" leur progéniture en pleine voie, pas le temps de tourner dans le Chemin Domaine Bosco (Ruelle de la sous-préfecture), on s'arrête, donc on interrompt volontairement la circulation des autres véhicule sans nécessité impérative, pour que le "petit" puisse aller à l'école en traversant la rue devant le véhicule arrêté, une vitesse enclenchée le pied sur la pédale de débrayage, si le pied glisse le gamin passe sous la voiture, pas le temps non plus d'emprunter les passages protégés disposant d'un agent de la circulation.

 

Mais il faut bien se garder d'en faire la remarque, une volée d'injures sera la réponse.

 

Le commissariat de police est à deux pas !!!!!!

 

Peu importe, Briançon est la ville où tout est permis sauf le stationnement interdit si lucratif. (En dehors de la vieille ville au statut si particulier qui permet tous les excès)

 

Certains me rétorqueront "Mais qu'est ce que ça peut bien lui foutre, au père Ihuel, que les gens se comportent comme des débiles" ?

 

J'ai des enfants, des petits enfants, mes amis ont des enfants et des petits enfants et je me pose la question de savoir s'il faut les condamner sur l'hôtel de la connerie pour permettre à la municipalité de justifier le fait de ne rien faire pour préserver sa douteuse notoriété.

 

J'ai conscience que je suis un emmerdeur public mais s'il y avait un peu plus d'emmerdeurs publics peut-être que Mr le Maire (Puisqu'il est responsable par délégations) prendrait des mesures pour s'appliquer à répondre à la demande de la population qu'il est censé gérer et dont il est censé être le garant.

 

Pollution briançonnaise 2
Pollution briançonnaise 2

La descente n'est pas plus saine.

 

Quand un véhicule a des problèmes de moteur c'est en permanence.

 

Descendre la Chaussée c'est aussi une cause de pollution pour les véhicules fatigués, les gaz brulés se chargent de particules non brulées, plus nocives, ces fumées bleues ne trompent pas.

 

Qui plus est, depuis que cette rue est limitée à 30 km/h, soit on descend au frein moteur en 1ère mais à haut régime, soit on descend en seconde au frein à pied en ne brulant pas les gaz en excédent.

 

Je l'ai filmé cette voitue mais je ne parviens pas à inclure ma vidéo, dommage.

 

D'évidence tout le monde ne peut entretenir sa voiture dans des conditions optimales, une heure de main d'oeuvre dans un garage c'est sept heures de travail d'un smicard, justement ceux qui n'ont pas les moyens d'entretenir un véhicule dont ils ont pourtant grand besoin.

 

C'est le paradoxe de la société actuelle, ceux qui gagnent le moins sont pénalisés puisqu'ils doivent s'acquitter de pénalités faute de moyen, on puni les pauvres d'être pauvres en les sanctionant financièrement pour qu'ils soient encore plus pauvres, il parait que ça s'appelle de la justice sociale.

 

Bref, passons.

 

Suivre un pareil véhicule est insupportable à respirer, ils sont pourtant hélas très nombreux en circulation.

 

Pollution briançonnaise 2
Pollution briançonnaise 2

La pollution sous une autre forme.

 

Ces traces blanches c'est l'émulsion des fuites d'huiles, résidus d'usures de pneus, fuites de carburants et particules d'échappement, le tout mélangés à l'eau de pluie et brassés par le passage des roues des véhicules, un peu comme si on fouettait de l'huile et de l'eau dans un récipient.

 

Lorsqu'il ne pleut pas pendant quelques semaines des quantités de résidus divers s'accumulent sur les routes, toutes les routes, on ne le voit pas forcément puisque c'est de la même couleur que le bitume de la chaussée, qui est d'ailleurs coloré par cette pollution, mais ce sont des quantités considérables de résidus nocifs qui se déposent chaque jour, par centaines de tonnes sur l'ensemble du territoire français.

 

La pluie lave les routes, cette eau super polluée va directement dans les rivières, autrement plus dangereux que le sel de déneigement qui fait crever les petits poissons de la Durance si chers à Mme Daerden, écologiste politique de la municipalité de Briançon.

 

Des véhicules entièrement écologiques ça n'existe pas et ça n'existera jamais mais il est réel qu'un gros effort reste encore à faire pour réduire considérablement ces pollutions, certainement les plus importantes et les plus "impactantes" pour l'environnement.

 

S'il est, dans l'immédiat, impossible de réduire drastiquement les pollutions avec de nouveaux matériaux il est toujours possible de réduire la circulation automobile, en ce sens je soutiens en totalité Mme Hidalgo, Maire PS de Paris, sur sa volonté de réduire la circulation, ce qui devrait être suivi d'effet dans toutes les villes de France.

 

Mr Fromm, Maire PS de briançon, devrait s'en inspirer, trop de véhicules circulent sans réelle nécessité et ce n'est pas entraver la liberté individuelle que de responsabiliser la population, c'est un problème d'ouverture d'esprit, de dialogue et de santé publique.

 

Ce n'est pas quand les conséquences se feront sentir qu'il faudra venir pleurer, ce que semble convenir Mr le Maire sur un autre sujet brulant d'actualité locale (Ma précédente page, sujet "chaufferie bois") parce que là, oui, il y aura motif à pleurer, à tous les sens du terme.

 

Pollution briançonnaise 2
Pollution briançonnaise 2

Pollution au "Jus de poubelles".

 

Photo prise à Chantemerle mais on a les mêmes à Briançon, surtout l'été quand les "chaussettes" des Moloks sont bien imbibées.

 

Le fond de ces Moloks doit valoir le coup d'oeil, pour les narines ont est servi en permanence.

 

Pour la salubrité publique c'est l'idéal, en fait personne n'est en mesure de traiter le problème, la municipalité se défausse sur la CCB qui rejette la responsabilité sur VEOLIA, détentrice du contrat, mais cette dernière argue que les Moloks sont sur le territoire de la commune et que c'est à cette dernière d'entretenir ces lieux (Ce qui est logique, le contrat concerne l'enlèvement des ordures, pas le nettoyage des réceptacles) alors que c'est la CCB qui gère le fonctionnement d'enlèvement des OM.

 

Dans cet embrouillamini il est facile de faire durer le plaisir sans intervenir en se renvoyant les responsabilités sans savoir qui les détient réellement, il y a des couilles qui manquent quelque part.

 

En fait, les cons se sont les contribuables qui payent cher un service superficiel négligé, mais ça il ne faut pas le dire, encore une forme de détournement de recettes pour autre chose.

 

Pollution briançonnaise 2

Ça c'est la Durance.

 

Sous la rue Centrale à proximité du rond-point de l'Izoard.

 

Sous ce pont coule donc cette rivière qui, depuis sa source à 10 Km, a déjà ramassé tous les déchets de la Grande gargouille de la vieille ville (Mégots, crachats, pisses nocturnes, mouchoirs papier, déjections canines, etc.) et dont le déversoir est chroniquement dégueulasse, après être passée à La Vachette.

 

Approchons un peu.

 

Pollution briançonnaise 2
Pollution briançonnaise 2

Rive droite.

 

Ces cadavres de canettes, certaines là depuis des années (J'en ai fait deux pages en 2011 et 2012) n'ont pas été aperçues par les services chargés de nettoyer la ville, soit qu'ils ne les ont pas vu (Comme quelques touristes j'ai une vue spéciale qui voit ce que d'autres ignorent) soit qu'ils n'ont pas eut les ordres pour en effectuer le ramassage.

 

Pollution briançonnaise 2

Rive gauche.

 

Du vieux et du neuf.

 

Pollution briançonnaise 2
Pollution briançonnaise 2

Le vieux délavé.

 

Le neuf ayant encore de belles couleurs.

 

Ça, c'est ce qui n'a pas été emmené par la Durance pour alimenter les eaux de baignade du lac de Serre-Ponçon, eaux ayant reçu le label "baignades autorisées" par des gens qui ne sont certainement jamais venu à Briançon pour savoir ce qui pourrait éventuellement contrarier un label si lucratif l'été, quand les touristes vont faire trempette dans les "déjections" des villes en amont (Briançon, l'Argentière-la-Bessée, Guillestre, Embrun plus les petits villages autres) si ces dernières sont aussi peu soucieuses de l'environnement et de la pollution.

 

Ne vous marrez pas, vous y allez peut-être vous aussi !

 

Pollution briançonnaise 2

Pourtant.

 

En apparence tout est incitatif à venir dans notre belle région si mal gérée.

 

Pollution briançonnaise 2

Même si !!!!

 

Des camions hors d'âge et vétustes vous entravent le passage, ce n'est que ponctuel, juste le temps de respirer quelques minutes les gaz d'échappement de ce genre de véhicule, je le connais bien celui-là, je l'ai conduit il y a une dizaine d'années quand il était en meilleurs état.

 

C'est une entreprise de transport de la zone d'activité, dont je tairai le nom, les connaisseurs reconnaitront vite.

 

Avec une bonne partie des véhicules de certains artisans, également hors d'âge (Pas les artisans, leurs véhicules), véhicules n'étant pas soumis aux contrôles draconiens imposés au poids lourds (Quoi que, avec un peu de complaisance !), polluant l'atmosphère briançonnais, non par négligence mais par économie, pas besoins de les citer, vous les voyez tous les jours.

 

Cependant, comme c'est un électorat préférentiel, il est de bon ton que les élus responsables regardent ailleurs à leur passage, ils doivent aussi se boucher le nez vu la couleurs des fumées d'échappement.

 

Voilà, je termine cette page en ayant encore conscience que je me suis fait des amis puisqu'il est interdit de dénoncer ce qui est dénonçable mais comme je ne suis pas en campagne électorale et que je me fiche royalement de ce genre d'argument j'invite les briançonnais à prendre conscience que la santé passe aussi par la responsabilité et le civisme de tout le monde, y compris les intouchables.

 

Bonne soirée à tous et bon week-end.

Pour continuer à me suivre, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Toute pollution retombe irrémédiablement dans les sols
Les sols sont pollués de toute part proche des axes routiers
Répondre
I
Très fortement pollués, effectivement