Quelle politique pour Briançon

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

DSCN8870Une bonne moitié de la ville.

Briançon souffre de plusieurs facteurs incontournables, le climat aux températures opposées extrêmes, son isolement géographique de par sa position d'altitude, le "cirque" que forment les massifs environnants et le manque de communications routières et ferroviaires d'importance.

Pour ce dernier point plusieurs projets ont été avancés depuis des décennies, l'investissement demandé n'est pas justifié par le peu d'importance de la ville, les industries ne s'installeront jamais à Briançon pour les raisons déjà évoquées dans mes précédentes pages sur le sujet.

Il faut être réaliste et bien rester conscient que seul le tourisme est un facteur de recette et d'attrait pour la ville et tout le briançonnais, vouloir prétendre le contraire, même à des fins électorales, ne serait que mensonges donc tromperies.

Il y avait un secteur important qui faisait la renommée de Briançon, c'est le climatisme.

Toutefois l'expansion des stations de ski et la création du domaine "SERRE CHEVALIER" a gravement terni cette réputation.

Au nom de la rentabilité touristique nos prédécesseurs de ces trente dernières années ont sacrifié le climatisme au profit des sports de glisse.

Cet afflux massif de touristes a altéré la qualité environnementale, les vallées sont défigurées par un bétonnage intensif et une démagogie de construction qui semble ne plus pouvoir s'arrêter.

Il est navrant de constater que de vouloir offrir aux touristes un confort "urbain" qu'ils sont venus fuir quelques jours a l'effet inverse de ce que comptaient imposer les promoteurs et spéculateurs de l'immobilier de montagne.

Ne pas croire que cette manne financière, par ailleurs déjà déficitaire ces dernières années, va croitre, ce sera plutôt le contraire.

La vallée de la Guisane a perdu une partie de ses habitués, les constructions effrénées en béton "déguisées par des expédiants qui ne sont pas très solides pour faire semblant" rebutent les touristes, je les fréquente suffisamment pour connaitre leurs remarques et leur désappointement d'une année à l'autre de ne plus retrouver le charme qu'ils ont laissé l'année précédente.

Les randonneurs de l'été se voient multipliés par trois, voir quatre, c'est bien pour les métiers de la restauration et du tourisme mais ce n'est pas bon pour l'environnement.

Si on commence à transformer le Queyras ou le Dévoluy en itinéraires tracés de la région parisienne là aussi on risque la grosse désillusion.

Faire du fric c'est bien, le faire en dépit du bon sens dans le seul but lucratif est une erreur.

Je vais refaire des photos de notre nouvel environnement, comparé à ce qui était il n'y a que dix ans il y a de quoi s'inquiéter.

Maintenant ça ne veut pas dire qu'il faut continuer de vivre et de fonctionner comme il y a un siècle, l'avancée technologique est un atout pour qui saura bien la gérer sans détruire ce qui existe, c'est faisable mais pas à grand coup de constructions massives et désordonnées.

Dans mon programme à venir est pris en compte cet aspect de l'utilisation des techniques modernes intégrée dans un environnement fragile sans le détruire ni le défigurer.

DSCN8871Une ville qui étouffe.

Non qu'elle soit submergée par un environnement hostile, elle est submergée par les expansions hasardeuses et des impositions toujours grandissantes.

Payer l'impôt c'est normal, en payer trop pour si peu ou pour un but non partagé c'est beaucoup plus délicat.

La municipalité actuelle a élaboré des projets d'extension de la ville, la rénovation du centre du bas de la ville est effectivement incontournable cependant l'ampleur de la tâche et le schéma de construction à venir est presque surréaliste, non que je sois contre mais il est prématuré de vouloir autant sans en avoir les moyens financiers.

On ne peut s'empêcher de se rappeler, du moins pour ceux qui ont aujourd'hui plus de trente ans, des dégâts financiers occasionnés par la construction du téléphérique du prorel, la droite qui a suivi n'a pas fait mieux, la construction et la démolition d'un réservoir mal placé a couté une fortune pour un édifice d'utilité publique qui n'a jamais servi, et le Casino.

La construction du Casino s'est faite aussi dans des conditions douteuses, toutefois si le téléphérique ne rapporte rien le Casino, lui, est bénéficiaire à la ville.

Et puis bien d'autres choses encore, ce qui est navrant c'est de laisser se dégrader une ville entière pour n'avoir que quelques clichés trompeurs d'une fausse extension, le centre commercial imposé par le maire actuel n'est que de la poudre aux yeux, le seul bénéficiaire de ce complexe c'est le consortium LECLERC, ce dernier a obtenu un marché et je me pose la question de savoir dans sous quelles conditions et qui en tire quoi !

Le Coeur de Ville ne pourra se faire correctement que si la totalité de la ville est prise en compte, ce qui est très loin de voir le jour, la politique municipale de ces vingt dernières années est irresponsable concernant cette démagogie de fausse grandeur, il y a mieux à faire et surtout bien plus raisonnable, c'est l'avenir de la ville et les finances de ses habitants qui en dépendent.

On ne peut continuer, à Briançon, de vouloir briller par de "belles" constructions parfois douteuses, il est déraisonnable de persévérer dans cette impasse financière, le maire actuel le sait mais dans vingt ans il n'en aura plus la responsabilité, il est inadmissible de laisser à nos descendants une telle gestion financièrement suicidaire.

Dans mon programme seront énumérés les priorités criantes à effectuer, tellement criantes que les actuels gestionnaires ne les voient pas.

Il y aura aussi à programmer les finances du sport à Briançon, notamment le hockey qui est l'image nationale que Briançon diffuse, il est important que cette image perdure, il est important aussi de soutenir la relève, les jeunes qui vont faire partie de l'équipe des Diables Rouges doivent être épaulés et soutenus.

La culture à Briançon a besoin d'une profonde restructuration, il semble que les crédits destinés à la culture aient beaucoup dérivés, j'ai constaté qu'on rémunérait facilement des spectacles de rue plus que douteux, sans remettre en cause la bonne volonté de ceux qui présentent ces spectacles il est raisonnable de penser qu'on peut éviter certains frais superflus.

Il faut valoriser les initiatives locales, beaucoup de briançonnais sont prêts à s'investir dans ce qui peut valoriser la ville et rapprocher les habitants.

La vieille ville, ces temps-ci, regorge d'activité de réfections diverses, c'était prévu, je l'ai mis dans une de mes pages il y a trois ans, j'avais bien prévu que les six derniers mois préélectoraux seraient signe d'une activité bourdonnante.

Plutôt que d'effectuer ces travaux dans la durée pour minimiser les contraintes imposés aux habitants on fait tout d'un coup, avec quelles finances ? Ça reste flou, le tableau des finances communales trace deux graphiques qui sembleraient positifs sauf de préciser si les investissements actuels sont inclus dans ce tableau et surtout pour quels financements.

Il est trop réel de constater les déficiences de beaucoup de secteurs pour des réalisations ne demandant ni d'urgence ni besoins réels.

C'est malheureusement une spécialité socialiste, construire sans avoir, tabler sur un avenir incertain dans une conjoncture très difficile.

Ne pas oublier non plus que le briançonnais est très dépendant des conditions climatiques, les canons à neige de l'hiver ne résolvent pas tout, se rappeler de l'hiver 2006/2007 qui a été cruellement néfaste au loisirs de sport d'hiver.

Ces recettes aléatoires ne sont pas suffisamment fiables pour établir des budgets prévisionnels concrets.

Le tourisme a ses limites, de trop en faire nuit, je ne vais pas revenir sur ce que j'ai déjà mis sur ce sujet dans différentes pages de ce blog.

DSCN8872Le commerce et l'industrie.

Je devrais plutôt mettre l'artisanat, je ne conçois l'industrie que par de grosses structures.

J'avais élaboré un projet industriel en 1990, j'ai déposé des demandes de brevets, mon manque de finances n'a pas permis d'aller jusqu'au bout.

Cependant ces projets existent toujours, j'ai déposé des enveloppes "SOLEAU" toujours d'actualité, les contacts sont existants, on me le demande régulièrement, le gros problème ce sont les finances, mes projets demandent de gros investissements et il est mondialement connu que les banques françaises sont très frileuses en matière d'investissement.

C'est d'ailleurs ce qui nous a fait perdre d'énormes marchés et la crédibilité dont nous bénéficiions dans nos périodes fastes. 

Pour rester humble il est plus réaliste de parfaire ce que nous possédons à Briançon, l'extension de certains secteurs d'activités locales est une nécessité, reste à convenir d'un enjeux international local (Proche Europe) qu'il reste à construire.

C'est aussi du devoir du maire que de favoriser le secteur économique de sa ville, de jouer la préférence de l'un ou de l'autre au détriment d'autres encore par simple raisons d'étique est assez primaire, dans un pays où tout le monde participe à l'économie et l'expansion les préférences partisanes sont à proscrire.

C'est malheureusement ce qu'on constate à chaque changement de "couleur", que ce soit national ou local, ces constantes restructurations, souvent néfastes, pour favoriser des gens qui pensent comme les "têtes" ce qui nuit à l'activité et à l'économie.

On s'en rend bien compte à l'heure actuelle, la France qui était la locomotive de l'Europe n'en est plus qu'un wagon et même pas un wagon de tête, triste réalité d'une politique obtuse ne voulant pas regarder la réalité des choses et le professionnalisme de gens qui sont très compétents, qu'on évince pour faire plaisir à d'autres, bien moins compétents mais qu'on est obligé de placer, résultat d'une promesse en échange de quelques voix électorales.

C'est aussi ce qui a précipité le pays vers un changement radical, on découd la France pour refaire un système multinational en faisant l'amalgame des religions et des causes.

C'est aussi un grand virage dangereux qui ne peut qu'être néfaste, il est impossible de recommencer d'une autre façon ce qu'on a pas encore terminé. 

Et puis il est capital, quand on prétend à une fonction, de ne s'atteler qu'à une tâche communautaire, le particularisme et l'intérêt personnel sont totalement incompatibles à un mandat électif dans l'intérêt commun. 

Pour en revenir, donc, à Briançon il convient de pérenniser ce qu'on a en développant les secteurs clefs qui seront générateur d'emplois, le tourisme n'est pas le meilleurs employeur même si c'est le plus important, les intersaisons sont dramatiques pour les saisonniers, il n'est pas certain qu'une fin de contrat soit reconductible, il y a des établissements qui ferment pour ne plus rouvrir.

Le secteur sanitaire et médical est aussi un gros employeur, le déclin de "Briançon Ville Climatique" a durement touché ceux qui en vivaient et même si nous avons maintenant "La Montagne qui Soigne" cher à Mr Musson, dermatologue conseiller municipal, on ne voit aucun effet positif sur l'emploi ou alors la modestie  serait un maitre-mot ne pouvant laisser filtrer un effet bénéfique pour ceux qui en auraient tiré avantage. 

Il y a fort heureusement de grosses entreprises dans la région, très proche de Briançon ALLAMANNO est largement pourvu de personnel habitant Briançon et c'est un bien, un secteur qui se porte bien.

L'entreprise OLIVE aussi est prisée par les briançonnais, plus loin et plus difficile d'accès, surtout l'hiver, c'est pourtant une structure importante qui fonctionne bien également.

En matière de sécurité la ville pourrait se doter d'un peu plus de personnel policier municipal, ce ne sont pas les taches qui manquent et ces gens sont très performants.

Hélas ils sont soumis à des heures de bureau, donc moins disponibles pour la population qui les plébiscite, j'avais déjà soulevé le problème de la circulation aux heures fatidiques, pourtant la municipalité a supprimé les postes de surveillance de sortie des écoles par de l'emploi partiel très faiblement rémunuré, le même travail à un prix défiant toute concurrence, 170 € par mois, les volontaires ne se bousculent pas et la défection est importante, çà, le bulletin municipal n'en parle pas.

Il y a aussi le service à la personne, pas très structuré à Briançon il y a un flou dans ce fonctionnement, la municipalité ne s'investit pas assez dans ce secteur, on ressent nettement la volonté de réduire le personnel municipal au maximum pour pourvoir dépenser dans le superflu.

Donc on construit à Briançon mais on est incapable de remplir ce qu'on construit, une crèche d'accord, un centre d'accueil pour personnes agées d'accord mais un service très nettement incomplet, le CCAS ne fonctionne qu'à des heures dites mais pas le week-end, les "vieux" ne fonctionnent plus ces deux jours de la semaine, pas plus les jours fériés justement là où ils ont le plus besoin.

Il est grand temps de revoir tout ça en profondeur.

Les restaurant de la solidarité, Secours Populaire (J'étais à l'inauguration puisque bénévole, j'ai même les photos) les Resto du Coeur. Structures d'aide aux personnes en difficultés, de plus en plus nombreuses.

La municipalité se félicite d'avoir un restaurant solidaire de plus, paradoxe, c'est plus un signe de mauvaise gestion municipale qu'autre chose, avouer qu'on ouvre des restaurants solidaires parce qu'on est incapable d'assumer la population n'est pas un signe de bonne santé de la ville.

Faire venir une nouvelle population en ne pouvant pas subvenir à ses besoins élémentaires autre que l'assistanat c'est du suicide financier. 

Qui plus est les structures solidaires ne fonctionnent presque entièrement que grâce à la solidarité briançonnaise, c'est bien l'entraide, c'est généreux et un signe de convivialité mais est-ce vraiment à la population de pallier les déficits de la ville ?

gerard-fromm-le-ps-maire-de-briancon-a-ete-reelu-a-brianconimages 12013-recto2013 09 17 Flyer élection 1peythieu 1063

Cinq candidats annoncés.

Un très connu de par sa fonction de maire, un autre par ses prouesses à atterrir en terrain inconnu, un autre connu des briançonnais et déjà candidat aux cantonales précédentes, un autre connu déjà candidat en 2009 puis rallié à une liste et un autre connu conseiller de la municipalité actuelle.

Mr Gérard FROMM, actuel maire de la ville et ancien adjoint aux finances du mandat De-Caumont de 1983 à 1991 (Démissionnaire suite aux problèmes financiers du téléphérique du Prorel (Du moins les informations que je détiens)), candidat à sa succession sous l'étiquette du Parti Socialiste.

Mr Arnaud MURGIAT, parachuté de l'UMP qui n'entend pas laisser la gestion de la commune à autre qu'un UMP pur et dur aux ordre de Mr Copé, parfait inconnu de Briançon il serait, à l'entendre, à même de révolutionner la ville par sa volonté et surtout celle de son parti politique. Candidat investi en force par l'UMP.

Mr Romain GRYZKA, responsable dès 2009 de la jeunesse UMP des Hautes Alpes, candidat aux élections cantonales de 2001 la scission déjà visible à l'UMP, différents entre Mr Dusserre et Mme Martinez, a donné le 20 mars 2011 la circonscription Briançon Nord à Mr FROMM. Candidat dissident UMP rejeté par ceux qui l'ont soutenu en 2011.

Mr François IHUEL, candidat conseiller municipal en 2008 sur la liste MoDem de Mr Michel Sylvestre, candidat déclaré en 2009 mais n'ayant pu finaliser sa liste se joint à la liste sans étiquette de Mr Libaud en 2009. Conducteur de train à la retraite (Entre autres) se présente sous une étiquette qui sera dévoilée prochainement.

Mr Eric PEYTHIEU, conseiller municipal chargé des sports de l'actuelle municipalité, semblerait créer une liste de gauche parallèle à celle du PS. Cette liste semble plus un subterfuge qu'autre chose, du moins c'est comme cela que c'est perçu.

Cinq listes potentielles, deux à droite, deux à gauche et la mienne.

Cinq listes pour tenter de résoudre les problèmes de la ville, ces derniers, loin d'avoir disparus, se sont amplifiés par la dérive des actions primaires promises.

Des promesses de campagne de Mr Fromm il ne reste plus grand chose, par contre il y a quelques difficultés supplémentaires, l'isolement de la vieille ville, l'augmentation de la dette (Ce n'est pas encore visible, ce sera la surprise d'après travaux, comme le téléphérique du Prorel) le délaissement de la population puisque Mr le Maire n'écoute personne et fait ce qu'il avait prévu de longue date sans en faire état, sinon il n'aurait peut-être pas été élu en 2009.

On pourrait se targuer d'avoir résolu certains points importants qui trainent depuis longtemps, cependant l'agréable disparition du bâtiment DDE fait place à une inquiétude, l'emprise par un consortium qui va imposer ses directives à la ville sans recours possible. (Quoi que ?)

Il y a l'usine de la Shappe qui a été vendue une bouchée de pain, les illusions perdues font place à un nouveau problème, la municipalité s'oppose à ce que l'acquéreur puisse jouir totalement de ce bien nouvellement acheté.

DSCN9795Cette partie de l'emprise vendue pose problèmes.

En effet, Mr le Maire semble refuser que soit démolie la rampe d'accès à l'aqueduc de la Shappe, cette rampe construite sous la municipalité Bayrou lui tient à coeur.

DSCN9796On peut comprendre pourquoi.

la municipalité qui semble adorer tout ce qui se délabre dans la ville ne peut céder une telle oeuvre d'art, il va falloir attendre que ça tombe en ruine. 

DSCN9797Pourquoi ?

Pourquoi préserver ces problèmes si ce n'est que pour garder l'image de Briançon, ville de délabrement !

J'ai fait une page de blog sur ce sujet, elle est sortie courant juin 2013.

Si la municipalité a l'intention de ragréer ces dégâts c'est encore un gaspillage financier, la structure complète est à refaire, de reboucher les désordres est parfaitement inutile sauf à gaspiller de l'argent.

Il serait plus raisonnable de construire une autre rampe derrière l'aqueduc, passer sous une des arches pour remonter par derrière, camouflage de la rampe qui permettrait de redonner à l'ensemble une cohérence par rapport au lieu.

Cette rampe n'existait pas rien n'empêche donc de la détruire pour faire autre chose sauf à vouloir "emmerder" le monde et mettre des bâtons dans les roues de l'acheteuse, histoire de décourager de bonnes initiatives.

Je vais enfin revenir à Briançon, j'ai réglé ce qui m'éloignait provisoirement et vous aurez la joie (Ou la hantise) de me revoir photographier notre magnifique ville.

La suite dans quelques jours, je ne vais pas tout mettre sur cette page, d'une part parce que ce serait trop long et d'autre part pour avoir du recul.

Bon week-end donc et à bientôt.                        

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

bonjour François,


je suis d'accord avec vous... Briançon n'exploite même pas son coté "climatique". il y a 2 centres de réadaptation respiratoires (les Hirondelles et la Guisane) à villar st pancrace.


nous avons connu Briançon justement comme cela , il y a qq années, par rapport à notre fils asthmatique qui venait régulièrement à la Guisane.


mais maintenant, on a plus l'impression de vivre dans une ville qu'une station climatique


bonne continuation pour les élections
Répondre
F


Merci, bientôt dans le Dauphiné